www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Lozère

Vous êtes actuellement : Coronavirus 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
25 avril 2021

déconfinement pour les ecoles le 26 avril : quelques infos

le 26 avril le SNUipp-FSU 48 a écrit au dasen pour demander la communication aux écoles des modalités de non brassage en cas d’absence ou de non remplacement d’un.e enseignant.e

PDF - 94.7 ko
lettre dasen26 avril

Entrevue avec le ministère le 22/04

Avant la conférence de presse du premier ministre, les organisations syndicales ont été reçues au ministère de l’éducation.

Protocole sanitaire : Il n’y a aucun changement mais le ministère indique qu’une consigne claire de ne pas répartir les élèves en cas d’absence serait donnée. De fait, si aucun moyen de remplacement n’est disponible, la classe sera fermée et les élèves renvoyés aux familles, la continuité pédagogique et l’enseignement à distance se mettront en œuvre. Le ministère ne précise pas comment cette continuité pédagogique pourra se mettre en œuvre si l’enseignant est malade. L’accès aux installations sportives ne sera pas possible dans la semaine du 26 au 30 avril pour les groupes scolaires. Le sujet de leur accès pour le second degré sera tranché ultérieurement. On ne sait donc pas encore si l’EPS fonctionnera selon le protocole du 19 mars ou selon celui antérieur.

Protocole « contact-tracing » : La règle établie avant les vacances dans certains départements de fermeture d’une classe dès l’apparition du 1er cas Covid est étendue à tous les départements. La durée de cette mesure n’a pas été donnée, mais le ministère a dit la volonté de « regarder rapidement ce que cela donnerait », l’idée semble être de ne pas aller jusqu’à la fin de l’année scolaire avec cette mesure (le directeur de cabinet a même fait allusion à « deux ou trois semaines »). La décision de fermeture d’une classe est accélérée, conformément à ce qui se faisait avant la fermeture des écoles : on ne passe plus par l’ARS. Les tests salivaires seront intensifiés : montée en charge, 600 000 à 700 000 d’ici 2 à 3 semaines. Ils seront déployés dans les écoles et les collèges, en priorité dans les endroits où la contamination est plus importante. Les autotests seront distribués dès la semaine du 26 avril aux personnels dans les écoles et aux lycéens à partir du 10 mai.

Questions diverses : Une ASA sera donnée pour aller se faire vacciner lorsqu’un rdv est obtenu sur le temps de travail. La foire aux questions sera actualisée, en termes de responsabilité notamment pour les autotests. Davantage de médiateurs seront recrutés, notamment pour les autotests. Les recrutements de contractuels pour assurer les remplacements sont poursuivis dans les académies. Les dispositifs d’accueil dans les collèges pour les enfants de personnels prioritaires dont enseignants du 1° degré seront reconduits la semaine du 26 au 30 avril.

FAQ du 23 avril :

Actualisation de la FAQ sur le site du ministère : https://www.education.gouv.fr/covid... particulièrement noté : « Dans les écoles, lorsqu’un enseignant absent ne peut, malgré le renforcement des moyens de remplacement, être immédiatement remplacé, les élèves ne peuvent en aucun cas être répartis dans les autres classes. L’accueil des élèves est alors suspendu dans l’attente de l’arrivée du professeur remplaçant. »

Cela signifie que lorsqu’un enseignant est absent et non remplacé, les élèves ne sont pas accueillis à l’école mais doivent rester chez eux. Mais concrètement que fait on des élèves déjà présents (garderie, bus) avant l’information d’indisponibilité de remplaçant.e ?

La défaillance et le défaut d’anticipation vont plonger de nombreux parents dans la difficulté lorsqu’il leur faudra garder leur enfant à la maison au pied levé en cas d’absence de l’enseignant.

Interview de Blanquer sur France Info le 23/04

« Dans cette dernière ligne droite de l’année scolaire, nous ouvrirons autant de postes que nécessaire pour le remplacement » « Nous nous mettons vraiment en situation de pouvoir remplacer dans tous les cas. Les cas où on est obligé de répartir les enfants doivent rester exceptionnels et nous recommandons évidemment de ne pas le faire puisque c’est contraire à la règle de non brassage. » « Nous faisons tout pour que ça n’arrive pas. Nous avons organisé les choses pour que le plus possible, (il y aura peut-être des exceptions mais le plus possible), le remplacement se fasse à chaque fois. »

Même si le ministre promet des recrutements, l’expérience l’a montré : il sera tout à fait impossible de recruter autant d’enseignants que nécessaire pour pouvoir remplacer dans tous les cas. A cette période de l’année, ils ne seront plus possibles, ou alors en nombre symbolique. De plus le ministre parle d’ « ouvrir des postes ». Il s’agit en fait de recrutements de personnels non formés à l’enseignement sur des contrats de quelques mois qui sont ensuite remerciés sans aucune possibilité d’accès privilégié à la profession. Malgré le contexte, le ministre a refusé, pour augmenter le nombre d’enseignants, que soient finalement admis les candidats au concours d’enseignants inscrits sur la liste complémentaire, les premiers recalés du concours, ceux qui se sont préparés, qui ont un début de formation et qui n’attendaient que d’être repêchés.

Il est peu probable que les annonces du ministre se concrétisent à la hauteur des besoins. Serait il donc si mal informé de la réalité du terrain tant ce problème du manque d’enseignants est répandu à travers tout le territoire ?

Le ministre se moque une fois de plus des enseignants, des élèves et de leurs parents !

le SNUipp-FSU vient d’adresser une alerte sociale au ministre de l’Education nationale qui porte sur deux points : • Protéger les élèves et les personnels contre le virus et ses variants ;

• Assurer la continuité du service public d’éducation.

 

50 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp Lozère Espace Jean Jaurès 48000 MENDE Tel : 04 66 49 15 90 Courriel : snu48@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Lozère, tous droits réservés.