www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Lozère

Vous êtes actuellement : Carte Scolaire  / Carte Scolaire 2021 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
18 mars 2021

Carte scolaire : communiqué de presse du 18 mars 2021

Communiqué de presse carte scolaire du premier degré 2021

Mars voit le retour du très attendu printemps mais aussi de la douloureuse carte scolaire dans les écoles. Cette année, avec une dotation de zéro poste attribué par la rectrice en janvier, le projet de fermetures et ouvertures de postes ne pouvait que dégrader les services publics d’éducation dans notre département. Ce ne sont pas seulement sept classes dans sept écoles qui sont proposés à la fermeture, mais onze postes d’enseignants au service de la réussite de tous-tes les élèves de notre département rural dans ce difficile contexte sanitaire.

Ainsi à la fermeture d’une classe à Albaret Sainte Marie, à Badaroux, à Chanac, à Fournels, à la Coustarade de Marvejols, à Rouffiac / St Bauzile et à St Germain du Teil viendraient s’ajouter les retraits des postes d’enseignants animateurs soutien (ASOU) en milieu rural à Langogne, Florac- Le Pont de Montvert et St Etienne Vallée Française- St Croix Vallée Française-Pont Ravager-Gabriac ainsi que le dernier poste d’enseignant-e de l’équipe mobile académique de liaison et d’animation(EMALA). Ces quatre postes sont dédiés aux territoires ruraux…

Pour le SNUipp-FSU syndicat majoritaire représentant les personnels du premier degré au sein de la FSU, la période ne se prête pas à des fermetures même si les effectifs sont en légère baisse. Il a argumenté pour le maintien de tous les postes et par la même le soutien aux écoles qui ont su répondre présentes dans la période de crise sanitaire. Il a approuvé le projet d’ouverture à l’école de Rimeize promis depuis deux ans et a sollicité une ouverture pour Nasbinals actuellement classe unique avec une prévision d’effectifs entre 18 et 20 élèves.

Nul ne peut prévoir quand cette crise sanitaire et son lot de protocoles contraignants dans les écoles pour assurer la sécurité de tous prendra fin. On ne peut donc comprendre des décisions qui viendraient ponctuellement alourdir les effectifs par classe alors qu’il est déjà très difficile dans les infrastructures de nos petites écoles lozériennes de respecter la nécessaire distanciation des élèves. Comme il est incompréhensible d’envisager la suppression des postes d’ASOU dédiés au soutien des élèves en difficulté, difficultés accentuées depuis un an. Enfin, à l’heure où les écrans prennent dangereusement plus de place chez les enfants, où la lutte contre le harcèlement et la promotion de l’égalité fille garçon dès le plus jeune âge sont affichées comme des priorités nationales, la fermeture du poste d’EMALA est inacceptable. Lors des dernières années, le travail fourni par le personnel EMALA a permis à la Lozère de rayonner bien au-delà de ses frontières : Prix académique sur le concours « Non au harcèlement » avec l’école de Badaroux, Premier prix Occitanie du concours « Buzzons contre le sexisme » avec l’école du Pont-de-Montvert, jusqu’au premier prix national « Non au harcèlement » obtenu par une classe de Banassac.

L’inspecteur d’académie a fait le choix avec une dotation nulle de privilégier les moyens de remplacement en ouvrant sept postes de titulaires remplaçants au détriment de classes. Certes, la situation du remplacement, particulièrement dans cette période de crise sanitaire mais aussi depuis quelques années, pose un vrai problème de respect de la continuité d’accueil du service public d’éducation. Cela fait des années que le SNUipp-FSU alerte sur ce sujet et demande des moyens supplémentaires pour ouvrir des postes de remplaçants.

Ce projet inédit de carte scolaire a reçu par deux fois un vote défavorable unanime des représentants des enseignants du premier degré toutes organisations syndicales confondues.

Ce vendredi se déroulera la dernière étape de cette carte scolaire avec le conseil départemental de l’éducation national où le DASEN présentera son projet final. De nombreuses voix se sont élevées tant chez les enseignants que chez les parents d’élèves, les élus, les professionnels hors éducation nationale qui accompagnent les élèves en difficultés contre ces fermetures.

Il reste à espérer que l’inspecteur d’académie aura su entendre leurs arguments pour défendre l’école publique rurale de Lozère.

Mende le 18 mars 2021

 

51 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp Lozère Espace Jean Jaurès 48000 MENDE Tel : 04 66 49 15 90 Courriel : snu48@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Lozère, tous droits réservés.