www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Lozère

Vous êtes actuellement : ecole rurale 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Dans la même rubrique

  • Convention Rurale
17 février 2017

Convention Rurale

Le projet de Convention Ruralité enfin dévoilé aux Organisations Syndicales !

La convention ruralité a enfin été dévoilée aux OS le 24 janvier dernier sur grand écran mais le DASEN n’était pas autorisé ni à nous en fournir une copie papier, ni à nous communiquer les noms des signataires pressentis ou validés.

Pas de surprise quant au contenu…

Pour ce qui est du calendrier, il espère avoir toutes les signatures pour une validation officielle fin mars.

Suite à cette réunion « informelle » (il y tenait beaucoup), les trois OS ont écrit un communiqué de presse intersyndical que la presse n’a toujours pas publié...(à lire ci-dessous)

le SNUipp au sein de la FSU poursuit son action autour de cette question et organise un colloque à Mende le 11 mars, en présence de chercheurs (Catherine Rothenburger, Claire Leconte, Etienne Anquetil) et acteurs de terrain (enseignants, élus, parents, citoyens).

Réservez d’ores et déjà votre samedi !

communiqué de presse :

Quel avenir pour les écoles rurales lozériennes ? En Février traditionnellement (sauf calendrier modifié en raison d’échéances électorales diverses), l’école publique est inquiétée par la réflexion sur la carte scolaire par laquelle le Directeur Académique redéfinit le tissu scolaire public départemental en ouvrant ou fermant des classes. Depuis quelques années déjà, les Directeurs Académiques qui se sont succédés dans notre département s’appuient sur une démographie en léger déclin pour justifier des fermetures qui fragilisent nos écoles de 1 à 5 classes. Dans ces structures de classes à multi-niveau, le taux de réussite scolaire est exceptionnel. L’interactivité entre les élèves et la dimension humaine y sont des réponses les plus adaptée pour travailler le « vivre en ensemble ». En janvier 2016 les organisations syndicales représentant les personnels de l’enseignement public (FSU, FNEC-FP-FO, UNSA éducation) apprenaient que la Lozère était le seul département de l’académie concerné pour l’instant par l’élaboration d’un schéma d’aménagement du territoire scolaire. Cette réorganisation se ferait dans le cadre d’une « convention ruralité », diligentée par Madame le Recteur. Depuis, les différents acteurs de l’école n’ont eu de cesse de demander des informations sur le principe et le contenu de cette convention cadre. Celle-ci devait être le prétexte à une réflexion partagée sur l’offre éducative de qualité et de proximité tout en renforçant l’efficacité pédagogique et en répondant aux attentes légitimes des populations de notre territoire rural de montagne. La présentation de cette convention cadre, préparée depuis quelques mois en toute discrétion, sans qu’aucun débat ne soit engagé avec les acteurs et partenaires de l’école (enseignants, parents, élus …) a enfin été faite dans le cadre d’une réunion informelle à la DSDEN( Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale) mardi 24 janvier , soit à la veille des opérations de carte scolaire. Ces « conventions ruralité » s’appliquent déjà dans plus d’une vingtaine de départements de façon très inégale et avec des conséquences négatives. On observe notamment que la garantie du maintien de l’emploi n’est généralement pas respectée et que les principaux intéressés, à savoir les maires des communes concernées n’ont pas été sollicités dans la validation de la convention cadre qui pourtant s’imposera à eux. Imaginés par des énarques urbains, rédigés par des représentants de l’Education Nationale connaissant très peu le monde rural et très mal la réalité de la pédagogie en classe multi-niveaux, ces protocoles se basent sur des postulats essentiellement économiques, sur des idées reçues qu’il faut dénoncer et combattre. Nul doute que l’incidence ne sera pas neutre pour nos territoires ruraux de moyenne montagne avec la mise en place à minima de regroupements pédagogiques concentrés et à moyen terme la disparition d’un grand nombre d’écoles sur nos petites communes et un peu plus de désertification. A noter aussi que pour Mr L’Inspecteur d’Académie, l’Education Nationale n’a pas vocation à être un « aménageur » du territoire. Ce à quoi les organisations syndicales ont répondu qu’au contraire, la présence des Services Publics dans leur ensemble et du Service Public d’Education en particulier, est un marqueur fort de la volonté d’aménager le territoire.

Mende le 2 février 2017

 

1 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp Lozère Espace Jean Jaurès 48000 MENDE Tel : 04 66 49 15 90 Courriel : snu48@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Lozère, tous droits réservés.