www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Lozère

Vous êtes actuellement : action  / Mobilisation contre la réforme des retraites ! 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
10 janvier 2020

Le déclassement salarial des PE

Et il y en a encore pour croire que le gouvernement va inverser la vapeur et aller jusqu’à nous permettre de ne rien perdre pour nos futures pensions !!!!

Enseignants, il est temps de relever la tête et d’entrer en rébellion ! Ainsi, après les journées du 5, du 10 et du 17 décembre, et du 9 janvier la mobilisation se poursuit dans le 1er degré. Elle témoigne une nouvelle fois de la détermination des personnels et confirme leur exigence d’abandon de la réforme des retraites.

Les vœux du Président Macron n’ont en rien rassuré en reprenant encore et toujours les mêmes éléments de langage sur une réforme soi-disant “plus juste” et “plus équitable”, sans jamais répondre concrètement aux questions qui sont posées dans les salles des maîtres et en confirmant une réforme qui vise à appauvrir les personnes retraitées.

La compensation salariale envisagée, 10 milliards sur 15 ans, n’endiguerait pas la baisse mécanique des pensions. Aucune garantie n’est par ailleurs avancée pour les femmes qui connaissent des déroulements de carrière moins linéaires. Aucune mesure non plus pour accompagner des fins de carrière qui seront de plus en plus longue.

Dans le même temps, d’autres sujets de mécontentement persistent : méthode de gouvernance verticale de l’école, métier enseignant réduit à une fonction d’exécution, dégradation des conditions de travail, direction d’école, exigence de revalorisation salariale pour toutes et tous sans qu’elle soit conditionnée à une refonte du métier et à des missions supplémentaires.

Les personnels des écoles n’entendent pas signer un chèque en blanc au gouvernement et restent mobilisés pour obtenir une tout autre réforme des retraites.

salaire prof

L’article de Libération : ICI

Direction : la feuille de route est tracée

Le ministère de l’Éducation nationale a publié les résultats de sa consultation sur l’exercice de la fonction de directeur et directrice d’école lancée en novembre dernier, suite au suicide de notre collègue Christine Renon. Les 29 000 réponses reçues confirment ce que revendique le SNUipp-FSU depuis de nombreuses années sur le sujet de la direction d’école.

Les directeurs et directrices réaffirment très majoritairement ce qui fait le cœur de leurs missions : suivi des élèves, travail en équipe, relation avec les partenaires, mise en œuvre des projets pédagogiques… Ils confirment une charge de travail importante, en plus de leur mission d’enseignement. 46% y consacrent entre 11h à 20 h par semaine, plus de 20 h pour 44%. Comme l’ensemble de leurs collègues, les directrices et les directeurs réaffirment la nécessité de ne pas être considérés comme des exécutants, mais bien que leur expertise et leur implication au service des élèves soient reconnues.

Plus que jamais les besoins en temps (augmentation de la décharge d’enseignement), en personnel supplémentaire (emploi d’aide à la direction et au fonctionnement de l’école) et en formation (54% des directrices et des directeurs n’ont bénéficié d’aucune formation liée à leur fonction) sont mis en avant. Le déclassement salarial est également pointé.

Tout en exigeant une reconnaissance de la fonction de direction, ces personnels marquent une nouvelle fois leur opposition à un statut spécifique : moins de 10% évoquent cette opportunité.

Cette parole confirme les propositions du SNUipp-FSU, élaborées avec la profession, pour améliorer la direction et le fonctionnement de l’école. Le ministre doit désormais s’engager à suivre cette feuille de route et apporter dès maintenant des réponses à la hauteur des attentes et des revendications exprimées, en octroyant les moyens nécessaires.

 

7 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp Lozère Espace Jean Jaurès 48000 MENDE Tel : 04 66 49 15 90 Courriel : snu48@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Lozère, tous droits réservés.