www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Lozère

Navigation

Vous êtes actuellement : action 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
15 juin 2019

le 17 juin : c’est non monsieur Blanquer !

GREVE DE LA SURVEILLANCE DU BAC

le 17 juin :GRÈVE NATIONALE DE LA SURVEILLANCE LE 1ER JOUR DES EXAMENS

Alors que depuis plusieurs mois tant chez les parents d’élèves que chez les personnels, l’inquiétude et la colère sont grandes devant les réformes de l’éducation, la loi dite de la « confiance » et l’ensemble des transformations du système éducatif imposées par le Ministre,

alors que de très nombreuses actions départementales et nationales ont réuni professionnels, parents, élus .es preuves montrant l’unanime refus de la politique Blanquer,

alors que la mobilisation contre la réforme du lycée et du baccalauréat dure depuis plus de 18 mois,

le ministère n’a toujours pas pris la mesure du mécontentement de la profession.

Dans le cadre d’une intersyndicale soutenue par des associations, le SNES-FSU (syndicat majoritaire des enseignant.es du second degré et dans la FSU) appelle les enseignants du second degré à la grève le 17 juin, jour de surveillance de la première épreuve du bac 2019.

Cette modalité d’action, exceptionnelle pour des professeurs attachés à la réussite de leurs élèves et à l’existence de diplômes nationaux, montre bien la gravité de la situation dans laquelle se trouve l’Education.

Le SNUipp-FSU 48 les enseignant.es appelle à soutenir nos collègues du second degré dans cette action car la politique Blanquer répond à la même logique libérale de la maternelle au supérieur.

En Lozère : L’intersyndicale lozérienne CGT Educ’action, SNES-FSU, SNEP-FSU, SNASUB-FSU, SNUEP-FSU et SNETAP-FSU a convenu de la modalité action suivante

 7h à 8h : devant chaque lycée public (Peytavin Mende, Chaptal Mende, Théophile Roussel Saint Chély d’Apcher) : distribution de la lettre aux parents et aux élèves explicitant le pourquoi de cette journée de grève.

 10h à 12h à Mende AG des personnels à la salle de réunion de l’Espace Jean Jaurès pour faire le point sur les différents dossiers en cours (loi blanquer, réforme du bac, réformes des lycées...)

.-13h à 14h : diffusion de tract aux entrées des différents lycées publics pour les parents et les élèves.

Bac - 2 Il s’agit de l’avant dernier baccalauréat avant sa réforme qui entérinera sa transformation en diplôme maison à valeur locale, synonyme de rupture d’égalité, n’ouvrant plus de droit à une poursuite d’étude pour les lycéens, dans le prolongement de Parcoursup.

Tel que conçu, ce baccalauréat réduira grandement le temps d’enseignement des années de Première et de Terminale, amputées par diverses épreuves locales.

Ce calendrier va aussi considérablement contraindre l’organisation des établissements toute l’année.

Le 17 juin, philosophie et épreuve de français de Première La grève porte sur la première épreuve du baccalauréat qui est celle de la philosophie, et sur celle de français. La philosophie est une discipline particulièrement mal traitée, tant par la réforme que par de nouveaux programmes très contestés. En lycée, les choix de structures de la Première sont faits, tout le reste est encore en suspens et peut encore être infléchi si le rapport de force et la volonté politique sont là : nombre de spécialités en Terminale, organisation du bac et de ses épreuves, programmes, place des mathématiques...

Le gouvernement et les ministres sont responsables • Le ministre de l’Éducation nationale porte la totale responsabilité de cette mobilisation : il n’a ni renoncé ni même infléchi ses projets de réforme du lycée et du baccalauréat, largement contestés depuis deux ans qui entérinent un lycée inégalitaire, assignant à résidence dans un choix de spécialités restreint des élèves enfermés dans leur territoire et leur origine sociale. • Malgré les annonces présidentielles, rien n’a été fait pour rétablir le pouvoir d’achat des enseignants largement entamé par des années d’austérité salariale. 2600 emplois sont supprimés dans le second degré pour la rentrée prochaine, particulièrement en collège. • Malgré des mobilisations convergentes des enseignants et des parents, du 1er et du 2ème degré, la loi Blanquer est maintenue qui conduit, par l’intimidation, à museler la profession.

Le gouvernement et sa majorité en imposant une réforme de la fonction publique qui dénature complètement le fonctionnement des services publics partage cette responsabilité.

 

46 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp Lozère Espace Jean Jaurès 48000 MENDE Tel : 04 66 49 15 90 Courriel : snu48@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Lozère, tous droits réservés.