www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Lozère

Vous êtes actuellement : action 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
10 juin 2019

CONTRE LA LOI BLANQUER : on ne lâche rien !

Journée nationale de grève et de mobilisations le 13 juin contre la politique Blanquer

Le SNUipp-FSU, avec ses 500 délégués réunis en congrès à Perpignan appelle les personnels des écoles à se mettre en grève et à se mobiliser le jeudi 13 juin, jour de l’ouverture de la commission mixte paritaire (Sénat-Assemblée Nationale) qui examine le projet de loi Blanquer pour l’école.

Cette journée nationale de grève et de mobilisations permettra de réaffirmer l’exigence d’abandon de ce projet de loi et la nécessité d’une autre école.

Elle permettra plus largement de refuser l’ensemble de la politique éducative conduite actuellement, notamment les injonctions pédagogiques des évaluations ou de la circulaire de rentrée ou encore la gestion calamiteuse des personnels incarnée à travers les dysfonctionnements du mouvement d’affectation des enseignants. De nouvelles mobilisations nationales sont en prévision.

Plan d’actions à venir : le 13 juin : j’envoie mon avis d’intention La Commission Mixte Paritaire aura lieu jeudi 13 juin, députés et sénateurs valideront la loi s’ils arrivent à se mettre d’accord sur un texte. 

 En Lozère c’est aussi le jour du rassemblement occitan auquel participent de très nombreuses classes de tout le département.. Pour autant l’heure est très, trop grave pour que la profession ne marque pas son opposition d’une façon ou d’une autre à la gestion Blanquer pour l’ensemble de son œuvre.

Aussi en Lozère le SNUipp-FSU 48 demande à TOUS les PE d’envoyer dès maintenant la déclaration d’intention de grève ci-dessous, envoi qui n’engage à rien, mais fournit des statistiques qui sont regardées de près par le ministère. la déclaration doit arriver à la circo au plus tard lundi 10 à 23h59, jour férié , parlez-en à vos collègues.

Word - 27.5 ko
declaration_prealable_greve_13_juin

 Fin des EPSF : la lutte paye ! La création des EPLESF a été retirée du texte de loi. C’est une victoire de la mobilisation des personnels , des parents et des élus depuis début mars.

En revanche, le texte de loi a été amendé et réécrit sur plusieurs points qui sont par trop inquiétants...C’est pourquoi le jour de l’ouverture de la commission mixte paritaire (assemblée - sénat) le SNUipp-FSU appelle les personnels à agir.

Cela saura aussi l’occasion de dénoncer les conditions catastrophiques dans lesquelles le mouvement intradépartemental des personnels s’organise de rappeler les exigences de revalorisation des salaires et de dénoncer le contenu de la circulaire de rentrée.

le 17 juin : 

Le SNUipp-FSU 48 s’associe à l’appel à la mobilisation annoncé par plusieurs syndicats lundi 17 juin, premier jour du baccalauréat. Cet appel reprend des revendications communes entre le 1er et le 2nd degré : abandon des réformes Blanquer et de la loi Fonction Publique, revalorisation des salaires, gestion des personnels 

Pourquoi le SNUipp-FSU est encore dans l’action ?

Nous avons gagné le retrait des "établissements publics des savoirs fondamentaux"... Mais les Sénateurs ont ajouté de nouvelles attaques dans la loi Blanquer : 

- Relations hiérarchiques au sein des équipes avec des directeurs/directrices chargés d’évaluer les adjoints ( donc avec un impact sur leurs promotions), 

- Formation continue (obligatoire ?) pendant les vacances, 

- Interdiction pour les mères voilées d’accompagner des sorties en dehors des écoles

- recrutement et nomination contractuelle hors instance par l’Etat sur des postes « particuliers »

- suppression des allocations familiales pour absentéisme.

D’autres régressions déjà votées par l’Assemblée nationale ont aussi été maintenues ou aggravées : 

- Restriction de la liberté d’expression des enseignants, 

- Subvention imposée pour toutes les maternelles privées au détriment de l’école publique, 

- Mutualisation accrue des AESH avec gestion par le collège, 

- etc. 

Le projet de loi Fonction Publique voté fin mai en première lecture par l’Assemblée Nationale prévoit la quasi-suppression de la CAPD. Si ce projet est validé par le Sénat, chaque agent sera seul face au DASEN pour les opérations de gestion du personnel ou en cas de difficulté, les délégués du personnel ne pourront plus contrôler les documents du mouvement et des promotions ....

Le mouvement est volontairement désorganisé par le ministère , nos salaires restent gelés , la baisse du nombre de recrutements de PE continue etc. 

Ne nous laissons pas duper par l’omerta médiatique : le ministre a été déstabilisé par l’importante mobilisation dans les écoles, nous devons continuer pour gagner ! 

 

4 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp Lozère Espace Jean Jaurès 48000 MENDE Tel : 04 66 49 15 90 Courriel : snu48@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Lozère, tous droits réservés.